Les défilés parisiens vus par la presse chinoise

DriesvanNoten fashionshow
Comment les défilés parisiens ont-ils été couverts dans la presse chinoise ? Quelles sont les marques qui ont le plus attiré l’attention, les shows qui sont sortis du lot ?

Beaucoup d’articles s’intéressent aux stars chinoises présentes aux défilés. De nombreux reportages scrutent leurs tenues, comme celui publié dans les pages féminines du Nanfang Wang, le site Internet du grand groupe de presse du Guangdong, au sud de la Chine. « En marge des défilés de mode se joue une phase cruciale de la bataille, l’évaluation de la beauté ne se fait plus uniquement sur le visage, mais sur l’allure », avance l’article qui a identifié les marques portées par les actrices Maggie Cheung (Louis Vuitton) et Yang Mi (Chloé et Valentino), le top model Liu Wen (Chanel, Tory Burch) ainsi que la chanteuse et actrice androgyne, aussi connue sous le nom de Chris Lee, Li Yuchun (Givenchy).

Streetstyle

DriesvanNoten fashionshow
Défilé Dries van Noten

Les photos de streetstyle, souvent hautes en couleurs pendant les fashion weeks, intéressent aussi les médias chinois, à l’instar de Vogue China, qui a publié chaque jour des photos de looks en marge des défilés. Les stars asiatiques ne sont plus alors le centre de l’attention, comme en témoignent les photos d’Aymeline Valade ou de Caroline de Maigret à l’honneur dans les pages lifestyle du magazine économique et financier Caijing, basé à Pékin. De même le portail Sina, l’un des principaux portails chinois d’informations, fait une revue de détail des tenues des stars du streetstyle – et d’Instagram – Chiara Ferragni, Anna Dello Russo, Elena Perminova et Miroslava Duma en prévenant : « Si vous ne connaissez pas ces personnes, ne dites pas que vous comprenez le milieu de la mode. »

Et les défilés eux-mêmes, ont-ils suscité de l’intérêt ? Un article publié sur Sohu.com, autre portail d’informations très visité, observe l’émergence d’une nouvelle génération de mannequins chinois sur les podiums cette saison. Selon l’article, cette « dream team » suit les traces de la jeune Wang Xinyu (16 ans), lauréate en 2014 du concours de mannequins New Face en Chine, qui a défilé cette saison pour de nombreuses marques, telles que Hermès, Dries Van Noten, ou Dior. Concernant la mode proprement dite,  le site spécialisé dans le lifestyle haut de gamme Hualizhi (luxe.co) met en avant « les 10 marques parisiennes dont les collections étaient dignes d’intérêt », tout en annonçant en préambule que ce classement, dominé par Louis Vuitton, Dries Van Noten et Loewe, correspond au verdict du journal britannique The Guardian.

Mode pointue

Défilé
Défilé Vêtements

La critique de mode n’est pourtant pas absente des comptes rendus, comme le démontre un  éditorial du site ifeng, le site internet du puissant groupe chinois de médias Phoenix, qui réagit à la nomination de Demna Gvasalia à la direction artistique de Balenciaga. Sous le titre « Ces jeunes stylistes d’avant-garde à suivre », l’analyse porte sur “les nouveaux territoires du luxe » investis par quelques toutes jeunes marques « qui s’inscrivent en dehors de l’homogénéité de la mode actuelle, sans chercher à séduire de manière traditionnelle », au premier rang desquelles Vêtements, cofondée par Demna Gvasalia. Rapportant les propos du styliste géorgien selon lequel, « le plus grand luxe, c’est le temps », l’auteur estime que « ces marques font se rejoindre la mode de la rue et la mode haut de gamme sur mesure ».

Demna Gvasalia fait aussi l’objet d’un  portrait très détaillé publié par Chine Nouvelle, première agence nationale de presse chinoise. « Pour quelles raisons cet outsider a-t-il été préféré à trois autres stylistes très connus ? », s’interroge l’article. Sa capacité à développer rapidement sa propre marque « qui démontre une parfaite compréhension de l’évolution accélérée du secteur », est un des éléments évoqués. L’article note que le dernier défilé de Vêtements s’est déroulé dans le restaurant chinois Le Président, à Belleville, et que le choix d’un nom chinois pour la marque, Weitemeng (littéralement bourgeon unique et spécial) est la preuve d’une volonté certaine d’expansion.